Éditions GOPE, 228 pages, 13x19 cm, ouvrage illustré, 18.85 €, ISBN 978-2-9535538-5-7

mercredi 25 mai 2016

Trois autres Malaisie... en version numérique !

Trois autres Malaisie est désormais disponible en version ebook, pour lecture sur ordinateur, tablette, liseuse, smartphone, etc.

PDF (illustrée), 8.99 €, ISBN 979-10-91328-37-1; EPUB, 8.99 €, ISBN 979-10-91328-38-8


Proposé en version PDF avec illustrations noir et blanc et en EPUB (sans illustrations), il peut être :

1- acheté directement auprès des éditions Gope

Format

2- acheté sur Numilog ou sur votre plateforme habituelle (Amazon, iTunes, Kobo-FNAC, etc.).
3- lu en streaming sur Youboox.


mercredi 26 mars 2014

Newsletter Éditions GOPE


Pour vous tenir au courant de nos nouveautés, manifestations et autres bons plans, nous lançons une newsletter.



dimanche 20 janvier 2013

Votre petit fil d'Ariane en Malaisie


Trois autres Malaisie de Robert Raymer



Ce recueil ne parle pas uniquement de la Malaisie, il respire la Malaisie. Quelques passages semblent tirer en longueur alors que certains vous aggripent, vous tenant en haleine, pour au final, d'un ton juste, traduire le fidèle reflet de tranches de vies ici. On glisse d'un chapitre au suivant, baignant entre communautées malaise, chinoise et indienne, comme on regarderait à travers un kaléidoscope. Ces quatorze nouvelles sont proches de ces croyances, de ces traditions propres à la Malaisie, de tout ce que l'on ne voit pas non plus, de ce que l'on ne devine pas. "Trois autres Malaisie" se fait le juste écho d'une plongée au coeur de cette terre aux couleurs bigarrées. Il se lit comme un journal, comme un saut dans l'histoire d'un être, puis d'un autre. Comme un voyage, faisant escale d'une vie à une autre, sans fioritures inutiles. Robert Raymer apporte un regard vrai et authentique à celui qui serait curieux de découvrir au fil des mots non pas le, mais les différents visages que porte la Malaisie.

Alexandra, janvier 2013
http://www.easy-malaisie.com/des-livres-sur

vendredi 27 juillet 2012

Robert Raymer : un Américain peut-il écrire une nouvelle malaisienne ?

Il y a deux mois, l'éditorialiste du New York Times, Liesl Schillinger, fit remarquer que, dans la sélection des écrivains en lice pour le National Books Awards 2009, « trois des cinq candidats, dans la catégorie fiction, n'étaient pas nés aux États-Unis et que deux d'entre eux vivaient à l'étranger ». Elle posa alors la question suivante : « Qu'est-ce que cela signifie d'écrire un roman américain si l'on n'a même pas besoin d'une adresse postale américaine pour le faire ? »

En examinant les nouvelles et essais de Robert Raymer, cette question est d'actualité, mais cette fois-ci replacée dans le contexte de la Malaisie. Écrire un livre malaisien, cela signifie quoi au juste ?
Une adresse locale ?
Raymer en a une et ce depuis juillet 1985. Il a enseigné, depuis, à l'université Sains Penang et à Malaysia Sabah. Il déclare : « Après l’obtention de mon diplôme à l'université de Miami, j'ai parcouru l'Europe, sac au dos, pendant trois mois ; puis, deux ans plus tard, l’Extrême-Orient et l’Asie du Sud-Est, Kuala Lumpur incluse. Je rencontrais continuellement des personnes qui prenaient des congés pour faire des recherches et écrire un livre. Super idée ! En bossant chez Kinko, dans le Wisconsin, j'ai rencontré une jeune diplômée qui venait de Malaisie, elle était étudiante en journalisme. Elle m'a fait connaître quantité de magazines sur la littérature. Je les ai littéralement dévorés. Après notre mariage, nous avons rendu visite à sa famille, en Malaisie, et j'ai écrit ma première nouvelle, Mat Salleh (incluse dans Trois autres Malaisie) ».

Dans cette nouvelle, mélange de fiction et de réalité, Raymer écrit à la première personne. Il est l'étranger qui pénètre un monde tropical « de kampungs aux maisons sur pilotis et de plantations de palmiers, de cocotiers et d’hévéas. » Un monde qui « contrastait radicalement avec les vingt centimètres de neige que nous venions de quitter aux États-Unis ». Il observe, parfaitement conscient de ne pouvoir comprendre les nuances des codes culturels locaux et il met toute sa volonté et son énergie pour essayer de les déchiffrer.
Quand on l'accueille, pour la première fois, avec des grands « Mat Salleh ! Mat Salleh ! », il remarque le regard courroucé que porte sa femme aux enfants, mais ne comprend pas ce qui cloche. Plus tard :
« On me fit asseoir sur le plancher. Croisant les jambes, je me rendis compte que j’avais oublié de laisser mes tennis au pied de l’escalier, là où toutes les autres paires avaient été abandonnées, éparpillées.
Heureusement, Yati ne s’était aperçue de rien. Discrètement, je passai les preuves de ma première bourde sociale à Haris, qui les déposa pour moi au pas de la porte. »

Raymer écrit avec humilité que l'Autre c’est lui et non ceux qui sont les sujets de ses observations et commentaires, et qu'il doit se frayer un chemin dans cette culture.

En effet, on trouve d'autres nouvelles dans Trois autres Malaisie dans lesquelles le narrateur est un individu pour lequel la Malaisie est un pays étrange, enveloppé de mystère et empreint d'humidité comme c'est le cas dans Les vendredis.
Dans Naufrage – bien qu'écrite à la troisième personne – Ross, un professeur américain, se retrouve dans un programme de jumelage local. L'histoire commence par une banale conversion entre l’enseignant et Mlle Ooi, la réceptionniste :
« Tu as dû te convertir, n’est-ce pas, quand tu t’es marié avec Nora ? demanda Miss Ooi.
Ross hésita. En effet, il s’apprêtait à quitter le travail, après une longue journée passée à conseiller des étudiants malaisiens qui souhaitaient faire un deuxième cycle aux États-Unis.
— Oui, répondit-il, en jetant un coup d’œil au New Straits Times ouvert sur le bureau de la réceptionniste. C’était pas grand-chose, à vrai dire. J’étais déjà circoncis. Sinon, ça aurait été plus gênant.
— Oui, les Chinois doivent aussi y passer lorsqu’ils se convertissent, dit Miss Ooi en levant les yeux de son point de croix. »
L'histoire se poursuit jusqu'à révéler les tensions sous-jacentes à une conversion religieuse de convenance.

© M.A.M08
www.flickr.com/photos/33488374@N03/
L’expatrié n’est pas le personnage principal, ou même secondaire – tapi dans un coin, à commenter la vie, quelques degrés au-dessus de l'équateur – de toutes les nouvelles de Raymer : Le guetteur traite d'un vieux Chinois et de sa famille. Pas d'expatrié non plus dans À l'Hôtel de la Gare ou Hari Raya.
Ces nouvelles-là ont pour sujet une Malaisie dont les habitants sont plus vrais que nature. L'observateur et narrateur de leurs actions, bien qu'il ne soit à aucun moment ouvertement déclaré, est un Malaisien. Ou du moins, une voix qui semble malaisienne. Elle transpire la « Malaisi-tude ». Les Malaisiens qui liront ces nouvelles penseront qu’elles ont pour protagonistes des gens qu'ils connaissent : leurs voisins, leurs collègues de travail, ou ceux qu'ils rencontrent sur le trajet, pour se rendre au boulot, dans le bus ou dans le train. Ces histoires révèlent l'authenticité des existences malaisiennes.

Tash Aw, Shamini Flint, Preeta Samarasan et Twan Eng Tan sont quatre Malaisiens qui vivent et écrivent à l'étranger – respectivement au Royaume-Uni, à Singapour, en France et en Afrique du Sud. L'adresse postale n'a donc rien à voir. Le fait qu'une œuvre de fiction soit malaisienne ou pas tient plus à la façon dont les perspectives, valeurs, existences et interactions sociales inhérentes au pays prennent vie. Raymer déclare : « puisque je vis ici, il me semble naturel d'écrire sur la Malaisie. De plus, j'ai tous ces voisins et membres de ma famille que je peux observer de près. Mais eux aussi m’observent ! Quand je ne comprenais pas un point culturel, celle qui est maintenant mon ex-épouse, une journaliste, me l'expliquait. »

Lovers and Strangers Revisited < N.d.E : le titre original de Trois autres Malaisie > a remporté le populaire Star Reader's Choice Award  2009, dans la catégorie Fiction. Cette consécration doit être la confirmation que la démarche de Raymer est la bonne et doit interpeller les Malaisiens. Oui, un Américain peut écrire des nouvelles malaisiennes…

S. H. Lim






www.timeoutkl.com, Kuala Lumpur, Malaisie.
Traduit de l’anglais par Laurence Ricciardi-Soler.

jeudi 14 juin 2012

Multiple Malaisie



Une immersion dans le quotidien et les coutumes traditionnelles des communautés malaise, chinoise et indienne de Malaisie : c'est ce que nous propose Robert Raymer dans ce recueil de quatorze nouvelles agréablement illustrées. Au fil de ces récits nous est livré le portrait d'une société composite, à la richesse culturelle fascinante, où les communautés se croisent mais peinent aussi parfois à se mélanger. Un dépaysement rare, au sujet d'un pays dont on parle peu.
Petit futé mag, n°38, mai-juin 2012

lundi 7 mai 2012

Douce tristesse


Une impression de tristesse se dégage de Trois autres Malaisie de Robert Raymer. Vous ressentez la solitude, l’affliction, la frustration. Les personnages semblent pris au piège de leur petit monde, certains sont même si égocentriques qu’ils sont incapables de voir au-delà de leur nombril.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : ces histoires sont intéressantes. Mais elles sont tristes ! Le bonheur semble absent de la vie des protagonistes. Vous pourriez reconnaître la majorité d’entre eux, bien qu’ils ne soient pas réduits à des stéréotypes ; ils ressemblent à des gens que vous avez dû rencontrer quelque part, à quelque occasion, et auxquels vous n’avez jamais franchement fait attention avant qu’ils ne soient mis au premier plan dans ce livre étrangement émouvant.

© mekYEH
www.flickr.com/photos/mekyeh/4288089684/in/set-72157623117458685
En fait, c’est ce qui, à mes yeux, rend Trois autres Malaisie touchant : son caractère authentiquement malaisien. Je ne lis pas beaucoup de livres écrits par des Malaisiens (ou des auteurs vivant en Malaisie), alors je ne suis pas la mieux qualifiée pour comparer. Par contre, j'ai vraiment apprécié de pouvoir reconnaître les personnages de ces histoires et pour certains, je pouvais même m'identifier à eux.
Prenez par exemple Les pierres saintes. C’est typiquement malais de penser qu’un homme qui a l’air d’un religieux est forcément honnête ; dans ce cas, on comprend très bien pourquoi Roshma lui achète des pierres magiques aussi chères. Mais cette histoire ne se termine pas exactement comme toutes ces escroqueries qui sont relatées dans les journaux, parce que Raymer y a rajouté un élément qui vous fait vous demander… et si ?

Considérez ensuite La chambre de grande sœur, où l’auteur décrit la jalousie d’une petite fille pour son aînée qui a droit à un traitement de faveur. On voit les choses par les yeux de la fillette, avec ses mots, en toute innocence. Cependant, Raymer laisse supposer avec subtilité que quelque chose ne tourne pas rond, et c'est effectivement et malheureusement le cas.

Les vendredis est l’une de mes préférées. Les personnages sont si bien campés qu'ils prennent littéralement vie, vous pouvez presque les voir et les entendre. Cette nouvelle est très réaliste et les interactions entre les différentes races sont résumées d’une manière que je ne pensais être possible que de la part d’un Malaisien.
Le protagoniste essaie vraiment de comprendre l’autre passager, une Malaise, il désire savoir ce qui la préoccupe. Pendant ce très court trajet en taxi, les émotions naissent si intensément qu’elles finissent par devenir une obsession. Sauf qu’il laisse passer le moment sans rien faire et qu’après, il est trop tard. Si seulement…

Il y a beaucoup de « si seulement » dans ce livre…

Certaines histoires mettent en scène des expatriés, certains d’entre eux ne trouvent pas leur place en Malaisie où tout leur est si étrange et différent. Dans la plupart des cas, Raymer décrit des comportements dont nous avons tous été les témoins ou acteurs, et il réussit même à ce que nous nous mettions dans la peau de ces expatriés ; nous voyons alors les choses à leur façon. Mat Salleh, où une jeune Malaise présente son mari américain à sa famille dans son village natal, en est le meilleur exemple.

Dans cette autre histoire de couple mixte, Naufrage, […] un étranger suit son épouse malaise ici, mais leur mariage tourne court et il reste coincé dans un pays qui ne lui semble plus du tout accueillant. Triste !

Les amants anonymes a toutefois une fin plus heureuse bien qu'elle ait une tonalité lugubre. C’est assez intéressant de voir comment un homme peut être attiré par le même genre de femmes auto-destructrices sans se rendre compte qu’il se met en danger lui-même à chaque fois.

Je dois avouer que j’ai été agréablement surprise par Trois autres Malaisie même si je me suis sentie un peu mélancolique en le refermant. Mais, quelquefois, la mélancolie a une action libératrice…

Dzireena Mahadzir
The Star, Petaling Jaya, Malaisie